Nouveautés

heyjo-edition.png

Ma vie en Blanc

Jean-Pierre Sautreau - Eva Demarelatrous

148 x 210 - 44 pages - Monochrome - Gravure et textes - Beau papier - couverture à rabats

10 euros Hors port

Réserver
Aujourd’hui, Poupinette et compère Lapin passent la journée avec Tonton et Nanie. Mais poupinette n'est pas rassurée davant le poulailler.

POUPINETTE - Cotcot codeeec

Anne Boutin - Juliette Mozet

Aujourd’hui, Poupinette et compère Lapin passent la journée avec Tonton et Nanie. Mais poupinette n'est pas rassurée davant le poulailler.

15 x 15 cm - 16 pages illustrées - Pour les petits

6 euros Hors port

Réserver
Le matin du jour de son mariage, Stéphane renonce à se présenter aux préparatifs cérémoniaux et préfère tout simplement aller à la pêche dans un endroit perdu de la campagne où enfant il avait l’habitude de pêcher avec son père.
C’est ici au bord de l’eau qu’il retrouve ses fantômes. Défile alors un diaporama qui force ses souvenirs d’enfance et d’adolescence. Déni, amnésie, le tout saupoudré de flashbacks des années 70/80…
Mais qu’en est-il du reste de sa vie ?
Une diapo est restée bloquée.

Il y avait du soleil

Stéphane Gaborieau

Le matin du jour de son mariage, Stéphane renonce à se présenter aux préparatifs cérémoniaux et préfère tout simplement aller à la pêche dans un endroit perdu de la campagne où enfant il avait l’habitude de pêcher avec son père.
C’est ici au bord de l’eau qu’il retrouve ses fantômes. Défile alors un diaporama qui force ses souvenirs d’enfance et d’adolescence. Déni, amnésie, le tout saupoudré de flashbacks des années 70/80…
Mais qu’en est-il du reste de sa vie ?
Une diapo est restée bloquée.

11 x 18 cm - Roman illustré

9,00 euros Hors Port

Réserver
Saint-Brévin les Pins, station balnéaire de la Loire-Atlantique, située sur la rive sud du fleuve…
Alors que les touristes affluent sur la côte, un meurtre se produit. Les enquêteurs de Saint-Nazaire viennent appuyer les gendarmes locaux. Ils auront bien du fil à retordre avec tous les évènements qui s’enchainent.
Mais c’est sans compter sur la persévérance du Capitaine Monfoul et du Major Pessac pour venir à bout de l’enquête.

Sniper

Pascal Bondu

Saint-Brévin les Pins, station balnéaire de la Loire-Atlantique, située sur la rive sud du fleuve…
Alors que les touristes affluent sur la côte, un meurtre se produit. Les enquêteurs de Saint-Nazaire viennent appuyer les gendarmes locaux. Ils auront bien du fil à retordre avec tous les évènements qui s’enchainent.
Mais c’est sans compter sur la persévérance du Capitaine Monfoul et du Major Pessac pour venir à bout de l’enquête.

15 x 21 cm - 188 p.

12€ (hors port)

Après une cure de rajeunissement, le Cahier annuel de l’Académie modifie sa composante éditoriale en laissant plus de place au romanesque et moins à la dimension associative dont le site internet désormais se charge. Le sommaire comporte deux grandes parties : la première porte sur une thématique chaque année différente — cette année « Destins de femmes de l’ouest » — et la seconde sur la littérature de « pays », celle qui caractérise un territoire tant par les écrivains qui y sont venus que par des récits édifiants, témoins de l’existence d’une population et d’un paysage. Nous débutons cette série par une escapade en presqu’île guérandaise. Sous la plume de nos membres actifs ainsi que certains membres, ce Cahier témoigne par sa diversité de la pluralité des points de vue, de l’ouverture et de la modernité de l’Académie qui reste jeune même si elle fête cette année son 70e anniversaire.

Destins de femmes de l'ouest suivi de Escapade en presqu'île Guérandaise

Académie Littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire

Après une cure de rajeunissement, le Cahier annuel de l’Académie modifie sa composante éditoriale en laissant plus de place au romanesque et moins à la dimension associative dont le site internet désormais se charge. Le sommaire comporte deux grandes parties : la première porte sur une thématique chaque année différente — cette année « Destins de femmes de l’ouest » — et la seconde sur la littérature de « pays », celle qui caractérise un territoire tant par les écrivains qui y sont venus que par des récits édifiants, témoins de l’existence d’une population et d’un paysage. Nous débutons cette série par une escapade en presqu’île guérandaise. Sous la plume de nos membres actifs ainsi que certains membres, ce Cahier témoigne par sa diversité de la pluralité des points de vue, de l’ouverture et de la modernité de l’Académie qui reste jeune même si elle fête cette année son 70e anniversaire.

170 x 240 - 152 pages - Textes et iconographies

20 euros Hors port

Réserver
Mars 1944. Objet de la vengeance d’un officier Allemand, Francis est emmené sous bonne escorte en Allemagne. Lorsque le convoi fait escale dans la gare de Landau in Der Pfalz, une surprenante aventure commence pour ce jeune Chemillois âgé de 19 ans.

La guerre n'aura pas mes vingt ans

Bruno BAUMARD

Mars 1944. Objet de la vengeance d’un officier Allemand, Francis est emmené sous bonne escorte en Allemagne. Lorsque le convoi fait escale dans la gare de Landau in Der Pfalz, une surprenante aventure commence pour ce jeune Chemillois âgé de 19 ans.

15 x 21 cm - 196 pages

18 euros Hors port

Réserver
On peut avoir cent ans et avoir les dents encore bien acérées. C’est le cas de René, qui sans mordre vraiment, montre les crocs face à la comédie politico-pathétique de nos dirigeants, devant les injustices sociales et la puissance lobbyiste des industriels. Non, René n’est pas né de la dernière pluie, mais bien de celle d’avant et c’est ce regard expérimenté qui fait mouche sous la plume bien sentie de ce recueil de textes pamphlétaires.
Laissez-vous happer par ses textes piquants, bardés de fins jeux de mots et sans aucune prétention. René ne cherche pas à convertir, il nous livre ses pensées et nous prouve que la jeunesse est bien éternelle et qu’il faut nous efforcer de rester vif d’esprit pour ne pas devenir un mouton.
Car on sait bien que les dents du mouton n’ont pas la puissance de celles des loups…

Vieux con (cent ans) mais pas mouton

René Gonin

On peut avoir cent ans et avoir les dents encore bien acérées. C’est le cas de René, qui sans mordre vraiment, montre les crocs face à la comédie politico-pathétique de nos dirigeants, devant les injustices sociales et la puissance lobbyiste des industriels. Non, René n’est pas né de la dernière pluie, mais bien de celle d’avant et c’est ce regard expérimenté qui fait mouche sous la plume bien sentie de ce recueil de textes pamphlétaires.
Laissez-vous happer par ses textes piquants, bardés de fins jeux de mots et sans aucune prétention. René ne cherche pas à convertir, il nous livre ses pensées et nous prouve que la jeunesse est bien éternelle et qu’il faut nous efforcer de rester vif d’esprit pour ne pas devenir un mouton.
Car on sait bien que les dents du mouton n’ont pas la puissance de celles des loups…

Format 16 x 22 cm - 72 pages

9,00 Hors port

Les Années folles sont restées dans les mémoires comme des années de libération et de joie de vivre après la boucherie de 1914-1918. Il ne faut pas oublier que la fin de la guerre avait été marquée par une autre tragédie : la grippe espagnole. Cette pandémie mondiale (50 millions de morts) avait laissé exsangue la population. Revivre après cette terrible saignée n’a pas été facile mais la jeunesse a pris le dessus, et on a vu la folie du charleston s’emparer de Nantes, des artistes émerger et un nouvel art de vivre apparaître. 
C’est aussi en 1920 qu’est né René Guy Cadou, étoile filante dans le paysage littéraire français, trop tôt disparu en 1951. On ne peut évoquer Cadou, sans parler d’Hélène Cadou, elle-même grande poète née en 1922 à Mesquer. Pour ces années de centenaire, ils sont associés tous les deux dans un dossier spécifique intitulé Moineaux de l’an 1920. Comme écrit Véronique Vella, de la Comédie française : « Je trouve que, tout comme Sophocle, Racine ou Baudelaire, René Guy Cadou fait partie des très grands poètes sur lesquels il faut revenir tout le temps. Il a chaque fois quelque chose de nouveau à transmettre, à dire, à redire. Il ne faut pas cesser le relire ; tout comme il est très important de revenir à Racine, de le « re-comprendre » autrement, de se le réapproprier. »

Les Années Folles - Centenaire René Guy Cadou

Cahier Académie Littéraire de Bretagne et Pays de Loire

Les Années folles sont restées dans les mémoires comme des années de libération et de joie de vivre après la boucherie de 1914-1918. Il ne faut pas oublier que la fin de la guerre avait été marquée par une autre tragédie : la grippe espagnole. Cette pandémie mondiale (50 millions de morts) avait laissé exsangue la population. Revivre après cette terrible saignée n’a pas été facile mais la jeunesse a pris le dessus, et on a vu la folie du charleston s’emparer de Nantes, des artistes émerger et un nouvel art de vivre apparaître.
C’est aussi en 1920 qu’est né René Guy Cadou, étoile filante dans le paysage littéraire français, trop tôt disparu en 1951. On ne peut évoquer Cadou, sans parler d’Hélène Cadou, elle-même grande poète née en 1922 à Mesquer. Pour ces années de centenaire, ils sont associés tous les deux dans un dossier spécifique intitulé Moineaux de l’an 1920. Comme écrit Véronique Vella, de la Comédie française : « Je trouve que, tout comme Sophocle, Racine ou Baudelaire, René Guy Cadou fait partie des très grands poètes sur lesquels il faut revenir tout le temps. Il a chaque fois quelque chose de nouveau à transmettre, à dire, à redire. Il ne faut pas cesser le relire ; tout comme il est très important de revenir à Racine, de le « re-comprendre » autrement, de se le réapproprier. »

Format 180 x 250 cm - 148 p. illustrées

20€ (hors port)

Par le biais de femmes singulières, des « femmes pas comme les autres », peut se poser la question des
orientations de l’existence, de leurs profonds ressorts. Dans la première partie du XXe siècle, la discrète
connivence de deux d’entre elles, la philosophe Marie-Magdeleine Davy, femme de réflexion et de méditation, et la féministe Yvonne Netter, ardente avocate suffragiste, ne doit donc pas surprendre : un vif
besoin de justice - passant par l’égalité de traitement entre femmes et hommes - a réuni ces deux humanistes

Maire-Mageleine Davy et Yvonne Netter - Deux femmes pas comme les autres

Sylvie Hervé

Par le biais de femmes singulières, des « femmes pas comme les autres », peut se poser la question des
orientations de l’existence, de leurs profonds ressorts. Dans la première partie du XXe siècle, la discrète
connivence de deux d’entre elles, la philosophe Marie-Magdeleine Davy, femme de réflexion et de méditation, et la féministe Yvonne Netter, ardente avocate suffragiste, ne doit donc pas surprendre : un vif
besoin de justice - passant par l’égalité de traitement entre femmes et hommes - a réuni ces deux humanistes

16 x 24 cm - 216 pages - Biographie et citations suivi de la pièce de théâtre "Une femme pas comme les autres"

20 euros Hors port

Réserver
« Les choses perdent de leur consistance. Le sol n’est plus sol. Les murs ne sont plus murs. Rien n’est plus rien. Le grand lustre de l’entrée se balance. Il cogne maintenant au plafond : à droite, à gauche, à droite, à gauche… Il m’hypnotise comme un pendule colossal rendu fou par la proximité du trésor des Aztèques. La vengeance de Motecuhzoma ? »

Il s’agit d’un récit de voyage qui commence par le grand tremblement de terre de Mexico du 19 septembre 1985. Un des plus meurtriers du XXe siècle. Une expérience extrêmement marquante. C’est aussi une approche des civilisations précolombiennes et des cultures mésoaméricaines. Mais c’est avant tout une aventure vécue, à travers Mexique, Guatemala et Belize, ponctuée de digressions fréquentes, un Road trip marqué par l’humour et une vision originale des régions traversées et des situations vécues.

Azteca Temblor

Piliwe SIBILLE

« Les choses perdent de leur consistance. Le sol n’est plus sol. Les murs ne sont plus murs. Rien n’est plus rien. Le grand lustre de l’entrée se balance. Il cogne maintenant au plafond : à droite, à gauche, à droite, à gauche… Il m’hypnotise comme un pendule colossal rendu fou par la proximité du trésor des Aztèques. La vengeance de Motecuhzoma ? »

Il s’agit d’un récit de voyage qui commence par le grand tremblement de terre de Mexico du 19 septembre 1985. Un des plus meurtriers du XXe siècle. Une expérience extrêmement marquante. C’est aussi une approche des civilisations précolombiennes et des cultures mésoaméricaines. Mais c’est avant tout une aventure vécue, à travers Mexique, Guatemala et Belize, ponctuée de digressions fréquentes, un Road trip marqué par l’humour et une vision originale des régions traversées et des situations vécues.

15 x 21 cm - 256 p.

20,00 euros Hors Port

Réserver
Les auteurs également séduits par la culture extrême-orientale (en particulier sa littérature et ses arts), ont d’abord à titre individuel pratiqué la forme d’expression chère à Bashõ. Puis à partir de constats, de rencontres communes, de voyages, ils ont pris le risque de composer ce recueil d’une sélection de leurs poèmes.
Sans se retrancher derrière l’alibi du wabi-sabi, la beauté dans l’imperfection, ils souhaitent que ce livret trouve un accueil attentif et bienveillant. Le haïku ouvre bien des horizons. Puissiez-vous vous y perdre ou vous y trouver, honorables lecteurs et lectrices.

Des pas sur la neige

Catherine Drouet - Jacques Glotin

Les auteurs également séduits par la culture extrême-orientale (en particulier sa littérature et ses arts), ont d’abord à titre individuel pratiqué la forme d’expression chère à Bashõ. Puis à partir de constats, de rencontres communes, de voyages, ils ont pris le risque de composer ce recueil d’une sélection de leurs poèmes.
Sans se retrancher derrière l’alibi du wabi-sabi, la beauté dans l’imperfection, ils souhaitent que ce livret trouve un accueil attentif et bienveillant. Le haïku ouvre bien des horizons. Puissiez-vous vous y perdre ou vous y trouver, honorables lecteurs et lectrices.

Format 14 x 22 cm - 44 p. - illustré

9€ (hors port)

Réserver